> > -LIEU À DÉCOUVRIR > Critique restaurants > Bukan, un nouveau restaurant où il est permis de fumer

Bukan, un nouveau restaurant où il est permis de fumer

par Benoit Laporte le 24 juin 2010

dans Critique restaurants



Voici notre première chronique de restaurant. L’idée nous trottait dans la tête depuis quelque temps. Nous visitons souvent de petits restaurants de Lanaudière, et d’ailleurs, qui ne possèdent ni site web et encore moins de critiques en ligne. Alors nous avons décidé de palier à ce manque. Je traiterai du menu, de l’état des lieux, de la réception, de la qualité des aliments, du service et de la douleur de l’addition. Alors on y va?


Agrandir le plan

Le Bukan

Ce petit Bistro Grill, d’une cinquantaine de places, est situé en plein cœur du village de Ste-Marcelline de Kildare, à 15 minutes au nord de Joliette. Ce hameau de 1 400 âmes, à vocation artistique, est situé sur les premiers contreforts des basses Laurentides, aux portes de la Matawinie.

Il y a quelques semaines, ce bistro portait le nom de « Chez les Garçons ». J’avais plusieurs fois aperçu cette petite maison centenaire, mais sans m’y arrêter. Plutôt cette semaine, j’ai cherché leurs coordonnés sur le net, sans succès. Il venait tout juste de changer de nom et de vocation.

Le nouveau nom est étrange : BUKAN. Au premier abord ce nom possède une connotation indienne (d’Inde), d’autant plus que la police de caractères de l’enseigne est d’inspiration asiatique. Mais en réalité son propriétaire Serge, dont les parents sont sénégalais et martiniquais, a voulu faire l’apologie de la BOUCANE, une façon ancestrale de conserver les aliments dans les Antilles (le boucanage). D’ailleurs les fameux Boucaniers, terreurs des Caraïbes, étaient réputés pour utiliser la fumée pour préserver et cuire les aliments.

Malgré ses origines exotiques, Serge est un vrai Lanaudois. Habitant du village voisin de St-Alphonse de Rodriguez, il a longtemps fait la navette jusqu’à Montréal où il possédait un autre restaurant. Mais l’âge et la sagesse l’ont poussé à s’enraciner dans sa patrie d’adoption.

Smoke gets in your eyes

La terrasse est petite, mais conviviale. Elle surplombe la route 343 et on peut y voir au loin les pâturages de St-Ambroise. On peut déjà y sentir l’odeur du grill. Des travaux sur la terrasse sont visibles, mais pas trop envahissants.

Nous choisissons le saumon et le poulet grillé. Le maître des lieux me propose d’ajouter à mon poulet des côtes levées maigres, avec deux choix de sauces. Le saumon grillé est tendre, et délicieux. Les côtes levées, qu’habituellement je trouve tachantes et insipides, fondent dans la bouche. Le poulet, sans être sec, est grillé puis coupé en tranches savoureuses.

Au fil de la soirée, les clients de la table d’à côté se joignent à nous et nous font découvrir leurs plats. Une pizza grillée au fromage de chèvre, tomates séchées et saucisses grillées, charme nos palais. On termine la soirée avec les incontournables cafés Bailey et crème brûlée. Divin.

La facture, tout à fait raisonnable, à 120 $ pour 3 personnes, vin et pourboires inclus. La carte des vins est courte, mais judicieuse. Puisque le bistro n’est ouvert que depuis quelques jours, aucune carte de paiement n’est acceptée pour le moment. Mais le tout sera rétabli dans les prochaines semaines.

Si vous aimez les mets sur le grill, hors du commun, n’hésitez pas et essayez le méchoui du dimanche ou leurs grillades, du mardi au dimanche. Ils vous feront un boucan du diable.

Bistro Grill Bukan
291 Principale
Ste-Marcelline-de-Kildare
J0K 2Y0
450-883-6829

Attention à la carte Google qui indique le 291 Principale, Ste-Marcelline à plus d’un kilomètre au sud, en plein champ! Utilisez plutôt ce lien

Sommaire
Date de la critique :
Item :
Bukan, un nouveau restaurant où il est permis de fumer
Cote de l’auteur :
31star1star1stargraygray


1 Benoit Laporte 10 décembre 2010 à 14:15

Malheureusement, j’ai appris cette semaine que ce restaurant venait de fermer ses portes. La saison morte est particulièrement difficile pour ce type de commerce qui doit vivre de l’achalandage des villégiateurs et des touristes de passage. Another one bites the dust.

Soumettre un commentaire