> > -LIEU À DÉCOUVRIR > Voyage > Pour voyager Montréal-Toronto, pourquoi j’ai osé le train de VIA Rail

Pour voyager Montréal-Toronto, pourquoi j’ai osé le train de VIA Rail

par Benoit Laporte le 2 août 2012

dans Voyage



Un grand nombre de Québécois connaissent tous les recoins démodés du Maine, du Vermont ou du New Hampshire, mais n’ont jamais mis les pieds à Toronto. Pourtant cette ville d’affaires qui sait plaire aux touristes exigeants, saura très bien vous recevoir. Et à un prix très abordable.

Coûteux Toronto?

À moins de trois semaines de mon départ, par l’entremise de l’agrégateur de voyages Kayak, j’ai repéré une chambre à deux lits doubles, dans un hôtel coté trois étoiles au centre-ville de Toronto,  à un prix irrésistible de 103 $.

Le Comfort Inn situé sur Charles Street, situé à 2,5 km de la gare peut même se marcher, si le cœur vous en dit. Après avoir traversé le quartier des affaires, vous vous engouffrez dans la Mecque du magasinage, au Eaton Centre. Aussitôt sorti à l’autre bout, les poches plus légères, vous déambulez alors sur la rue Ste-Catherine de Toronto, la fameuse rue Yonge.

Connue pour son côté vivant et hétéroclite, la rue Yonge vous fera découvrir l’âme de Toronto. Pendant votre ballade de 30 minutes, vous verrez défiler les magasins de musique, restaurants ethniques, bars débridés, et des centaines de boutiques étranges, peuplées d’une clientèle bigarrée. Les étudiants de l’Université de Toronto font vibrer cette rue, qui ne retrouve son calme qu’après les longues soirées chaudes de ce quartier.

Multiethnique Toronto?

Un voyage dans la ville Reine et vous voilà propulsé 45 ans en arrière, à l’Expo 67. La très grande majorité des habitants de Toronto sont nés à l’extérieur du Canada. Yeux bridés, teints basanés, turbans et voiles s’entremêlent dans un grand métissage. Ce sont eux qui œuvrent dans ces grandes tours, qui continuent de pousser à l’ombre de la tour du CN. Ici, aucun racisme, puisque ce sont les pauvres Caucasiens qui sont en minorité 😉

Sécuritaire Toronto?

À des dizaines de reprises, j’ai visité Toronto dans le cadre de mon travail et je suis toujours demeuré relativement prudent, tout autant que je le suis dans d’autres grandes villes comme Montréal, New York ou Boston.

En trente ans à Toronto, je n’ai jamais eu maille à partir avec qui que ce soit, sauf peut-être un soir de référendum en 1995 dans un bar, mais ça, c’est une longue histoire de Frogs et de Red Necks passablement avinés…

Et le train dans tout ça?

J’allais presque l’oublier tellement ce mode de transport est codé dans mon ADN. Le personnel m’accueille, comme si je faisais partie de la famille. Les voyageurs dans le train sont singulièrement souriants. Sans doute parce qu’ils se laissent doucement bercer par le tangage et le roulis de la bête. Et pourtant, je n’ai voyagé qu’en classe économique, à moins de 202 $ aller-retour. Et il y a des prix encore plus bas, si vous réservez à l’avance, et que votre horaire est flexible.

Pas mal pour un voyage de 1 400 km qui m’aurait coûté 180 $ en bagnole, soit 3 pleins d’essence à 60 $ chacun. Sans compter les heures de conduite, l’usure de ma voiture, le manque de sommeil et l’impossibilité de travailler sur le Web. Parce que la connexion Internet ici sur le train est gratuite, et très rapide. On ne vous permet pas de regarder des vidéos, mais j’ai été capable de streamer la télé de Radio-Canada en direct. Impeccable.

J’ai pris le temps de visiter le nouveau Salon Panorama, disponible aux voyageurs de première classe. Ce lieu gigantesque permet aux voyageurs stressés de suspendre le temps, dans une atmosphère feutrée, en attendant leur prochain départ. VIA Rail n’a plus rien à envier à Air Canada et son salon « Feuille d’érable »

Finalement Robert Charlebois * n’aura plus à « passer des nuits so so à Toronto », qui ne « ferme plus un ti-peu trop tôt ».

Sommaire
Date de la critique :
Item :
Pour voyager Montréal-Toronto, pourquoi j'ai osé le train de VIA Rail
Cote de l’auteur :
51star1star1star1star1star


Soumettre un commentaire