> > -TRUC TEST CRITIQUE > Bricolage Rénovation > Maîtriser l’art du crépi de béton pour fondation et solage

Maîtriser l’art du crépi de béton pour fondation et solage

par Benoit Laporte le 28 septembre 2014

dans Bricolage Rénovation



Ma maison de campagne date de 1960. À l’époque, elle avait été conçue pour être habituée pendant trois saisons seulement. En effet, dans ce coin de pays reculé, l’hiver québécois y est relativement rigoureux et les chemins deviennent difficiles à emprunter. Il nous arrivait de nous y réfugier pendant les vacances de Noël, mais sans eau courante, pour la douche ou la toilette. Disons qu’après quelques jours, il était temps de revenir dans la civilisation.

Il y a quelques années, j’ai décidé de rénover mon havre forestier de fond en comble. J’ai surélevé la maison d’un mètre en coulant un nouveau solage formé de béton et de blocs de ciment. La cheminée de 20 tonnes en pierre naturelle a aussi été surélevée, sans aucun dommage. En plus d’avoir une meilleure vue sur le lac, je profitais maintenant d’une cave de service pleine grandeur où je pouvais dissimuler mes trésors.

Fondations « horriblis »

Puisque ma maison est construite sur le roc (ici on appelle le roc du galet) l’entrepreneur a eu passablement de problèmes à installer les formes pour couler les fondations. À plusieurs endroits le béton a coulé hors des formes ou bien les formes ont tout simplement brisé. L’aspect du béton extérieur est plus que décevant.

J’ai hésité pendant de nombreuses années avant d’entreprendre les travaux pour restaurer l’aspect du solage. Mes amis experts en construction me disaient que la technique du crépi est difficile à maîtriser et que je m’y casserais les dents. D’autant plus que mon solage était dans un état lamentable.

fondation avant le crepi

Les 12 étapes pour réussir votre projet

Après de nombreuses lectures sur le web (voir les liens joints au bas de cette chronique), j’ai décidé de tenter l’aventure. Il y a plusieurs étapes que vous devrez compléter avant d’amorcer votre œuvre. Et si vous négligez celles-ci, vous le regretterez.

1. La meuleuse et le ciseau :Fondation - nettoyer bavures

En utilisant une meuleuse électrique (avec des lunettes protectrices) ou un ciseau et un marteau, vous devez enlever toutes les imperfections sur la fondation. En faisant disparaître les bavures de béton, vous vous faciliterez la tâche lorsque sera venu le temps d’étendre le crépi. Si la fondation porte des traces de peinture, vous devez tout décaper sinon votre crépi n’adhérera pas.

2. Le nettoyeur à haute pression :

Étape incontournable pour enlever la saleté, la poussière, la graisse, le goudron, les dépôts de terre et sable. Si vous omettez cette étape, votre crépi aura de la difficulté à adhérer à votre mur, surtout si votre béton de fondation est lisse.

ciment crepi3. Le choix du ciment (couleur) :

Lorsque vous débutez avec une marque de crépi, ne changez pas de fabricant pendant vos travaux sinon vous vous retrouverez avec des teintes différentes sur votre solage (fondations).

4. Épaisseur des couches successives :

Vous devez autant que possible étendre une épaisseur maximale de 1/8 de pouces (3 mm) de ciment à chaque couche. Des manufacturiers recommandent jusqu’à ¼ de pouce (6 mm) et même ½ pouce (12 mm) par couche. Mais par expérience, surtout pour un débutant, il est beaucoup plus facile d’étendre 3 ou 4 couches de 1/8 de pouce (3 mm) qu’une seule couche de 12 mm. Surtout si votre fondation est endommagée comme la mienne.

5. Calcul des quantités

truelle de lissage

Truelle de lissage

Mesurez la grandeur de la fondation à couvrir. Puisque vous étendrez vraisemblablement un minimum de 3 couches de 1/8 de pouces (3 mm), chaque sac de 66 lb (30 kg) couvrira au maximum 24 pieds ² (2,23 mètres ²) de fondation. Le calcul de surface à couvrir devrait apparaître sur le sac de ciment.

6. Le choix des outils :

J’utilise une truelle de lissage de 12 pouces (30 cm) pour étendre le ciment et une truelle de finition pour terminer le travail. Je dépose mon ciment dans un bac de 6 x 12 pouces (15 x 30 cm) facile à transporter. Ce bac est toujours placé juste en dessous de l’endroit que je recouvre, afin de récupérer le ciment en trop qui tombe dans mon bac, plutôt que sur le sol.

7. L’humidification du solage :

C’est la clef du succès. Votre fondation doit être humide en tout temps. Si la température est chaude, vous aurez à humecter votre mur très souvent avec un jet de bruine. Le mur ne doit pas sécher et votre ciment doit être humecté le plus longtemps possible afin de permettre au produit chimique de bien faire son travail. Faites attention pour ne pas trop gorger d’eau votre ciment fraîchement étendu puisque celui risque de dégouliner.

truelle finition

Truelle de finition

8. La technique :

Après plusieurs essais et erreurs, j’ai peaufiné ma technique que je vous explique

  • Le mélange de ciment doit être relativement liquide, avec une consistance plus molle. Si le mélange est trop épais, rajouter de l’eau et brasser. N’hésitez pas à y mettre de l’eau et à mélanger souvent si le soleil fait sécher votre mélange pendant les travaux.
    .
  • Placer dans votre bac une petite quantité de ciment qui vous permettra de couvrir un maximum de 12 x 12 pouces (30 x 30 cm) à la fois. La couche doit être mince.
    .
  • J’étends toujours le ciment d’un seul mouvement ferme du bas vers le haut.
    .
  • Reprenez encore du ciment pour un autre pied ² (30 cm ²).
    .
  • Après un maximum de 3 fois (soit 1 x 3 pieds [30 x 90 cm]), sortez la truelle de finition pour aplanir votre mélange dans un mouvement de va et viens. Cette étape permet au mélange de bien adhérer au mur et de faire disparaître les fissures et les trous. La technique de finition est difficile à acquérir, parce que vous devez faire tourner la poignée dans la paume de votre main afin d’éviter de retirer du ciment de votre mur. La dextérité s’acquiert avec la pratique. Petit truc : je rince fréquemment la truelle de finition dans un seau d’eau, ce qui facilite le travail.

Fondation apres 3 couches de crepi

9. La température et le soleil :

Pendant les trois journées suivant vos travaux, il faut éviter les températures froides en bas de 5 °C (40 °F) surtout la nuit ainsi que les grandes chaleurs tropicales au-dessus de 35 °C (95 °F). Le soleil est votre ennemi puisqu’il fera sécher trop rapidement votre mur, votre mélange et votre ciment. Vous aurez à humecter très souvent.

10. Les joints de bloc de ciment :

Vous remarquerez que les joints de bloc de ciment resteront apparents à travers le crépi après la première et même la deuxième couche. Vous aurez besoin d’une troisième couche de 1/8 de pouce (3 mm) pour finalement faire disparaître toutes traces de joints.

11. Le séchage et le frottage de finition :

Après quelques heures de séchage, il est important de passer une éponge humide afin de faire disparaître la laitance superficielle du mélange. N’attendez pas trop longtemps sinon il vous sera impossible de modifier la surface de votre ciment. Pour ma part, j’utilise un gant de travail en caoutchouc humide qui fait aussi un bon travail. Évitez d’utiliser une brosse d’acier qui fera trop de dommage sur votre ciment délicat pas encore sec.

crepi fondation solage

12. Corriger vos erreurs :

Ne vous découragez pas si les premières couches ne sont pas parfaites (trous, fissures, petites bosses…), vous aurez l’occasion de vous reprendre avec les autres couches. Gardez la foi.

Bonne chance et bon courage.

Quelques lectures additionnelles

CAA – Crépi de fondation : décoratif… et aussi utile

Faire la décoration extérieure du salage avec du crépi

Sommaire
Date de la critique :
Item :
Maîtriser l’art du crépi de béton pour fondation et solage
Cote de l’auteur :
51star1star1star1star1star


1 Ram 29 septembre 2014 à 11:36

Trés instructif, et bien détaillé.
Merci.

Soumettre un commentaire