Microbrasserie TRÉ CARRÉ de St-Côme, entre houblon, lacs et montagnes

Cette microbrasserie a vu le jour il y a quelques années dans ce petit village du bout du monde dans Lanaudière. Peu de gens auraient misé sur la survie de cet endroit que l’on disait trop spécialisé pour ce coin de pays. Pourtant, ça roule dans la petite maison de la rue principale, et les clients semblent apprécier l’endroit et y revenir.

Pendant plusieurs années, cette magnifique maison ancestrale avait été occupée par un restaurant sympathique « La Maisonnée d’Arthur ». Cette coquette petite maison restaurée avec portes d’époque, et mur en planche de cèdre avec frises sculptées attire aussitôt le regard. La maison rayonne sur la rue principale de la municipalité de Saint-Côme, au nord de Lanaudière.

Petit, convivial et pittoresque

Malgré la petitesse de la maison, les propriétaires ont réussi à y installer 90 places, sur une vingtaine de tables. Les anciennes chambres dans les combles ont été intelligemment aménagées pour y placer plusieurs tables. Mais la salle principale est plus sympathique et aérée.

Lors de la restauration, la porte principale a été déplacée à l’arrière du restaurant, avec accès pour handicapés, le long d’une étrange plateforme de ciment. Sans doute une terrasse projetée. Dès notre arrivée, nous sentons que beaucoup d’efforts ont été investis pour préserver le cachet ancestral de cette demeure. 

Une région en métamorphose

Cette région s’embourgeoise au fil de la venue des boomers retraités. Ce petit village fondé en 1867 dénombre 2 000 habitants, dont la moitié possède chalets ou condominiums de villégiature.

Ça fait beaucoup de citadins assoiffés qui ont désespérément besoin de restaurants de qualité.

En ce beau vendredi soir de février, je dresse un profil type de leur clientèle. Des touristes de passage, villégiateurs, skieurs de Val St-Côme, motoneiges l’hiver et pêcheurs et chasseurs de la Zec Lavigne ou des nombreuses pourvoiries environnantes. Mais pas beaucoup de résidents du village.

Oreilles sensibles s’abstenir

Je ne suis pas à ma première visite, et chaque fois je remarque que l’ambiance est très sonore, probablement à cause du plafond cathédrale de cette ancienne maison. Dès que vous faites jouer de la musique de fonds, surtout avec beaucoup de basses, les convives monteront le ton pour s’entendre et tenter d’enterrer le bruit, dans une spirale cacophonique.

Et à la fin tout le monde parle plus fort, et les employés montent encore d’un cran la musique de fonds. Et cette situation se retrouve souvent dans ce type de restaurant et débit de boisson, en période d’achalandage. Ce qui rend souvent l’expérience moins savoureuse. Si vos oreilles sont sensibles, optez pour une table à l’étage, moins populeux et plus silencieux.

Bières originales hors des sentiers battus

Chaque semaine ou presque, les maîtres-brasseurs ajoutent sur leur ardoise de nouvelles créations uniques provenant de leur cuve. Lors de ma plus récente visite, j’ai dégusté la blanche Camerise et la blonde Kolsch qui sont des bières de grande qualité. Mais on y proposait des bières plus fortes comme une Stout Cassis et un Triple Belge à 10 %, un peu trop forte à mon goût.

J’ai aussi rapporté la maison de grandes canettes de 20 oz (600 ml) de Double IPA, mais plusieurs autres types de bière peuvent être rapportés ou offerts en cadeau comme la Triple Belge, la Blanche Camerise, Stout ou Kolsch. Elles se vendent entre 4,50 $ et 8,25 $, dans une canette fort jolie. Achetez-en quatre, et on vous offre en bonus une attache pour joindre vos trésors. Ça épate les amis en ville…

Menu de brasserie dans l’excellente moyenne

Ne vous attendez pas à un repas 5 services sur nappes de dentelles. Lorsque nous y sommes arrêtés pour un repas en soirée, on nous proposait Burger, côtes levées au Porter, Mac’n Chesse aux lardons, Poutine, et Fish & Chips de morue à la blanche, ce que j’ai choisi. 

Le poisson était exquis, cuit juste à point sans trop de panure, ni de friture. J’ai opté pour les frites de patates douces, un peu molle et tiède.

Dans la grande salle, vous n’aurez pas le choix de vous asseoir sur de hauts tabourets qui sont ma foi assez inconfortables, surtout si vous êtes de petite taille, ou si vous avez mal au dos. Choisissez la petite salle adjacente où les chaises sont beaucoup plus accueillantes.

En période d’affluences, le très grand stationnement arrière affiche souvent complet. Vous n’aurez pas le choix de vous stationner sur la rue principale à quelques pas de là. Et admirer la façade typique de ce lieu plein d’histoire.

En lecture complémentaire, je vous recommande ces articles :

5/5 ---> 1 AVIS - SVP VOTEZ POUR DONNER VOTRE OPINION




Microbrasserie Tré Carré
1431 Rue Principale
Saint-Côme
Québec
J0K 2B0
Canada

AUTRES INFORMATIONS

Prix : 15 $ – 40 $
Catégorie : Microbrasserie
MOTS-CLÉS : saint-côme, restaurant, lanaudière, matawinie, brasserie

NOTRE INFOLETTRE

Pour recevoir toutes les nouvelles chroniques, abonnez-vous par courriel.

Avec Google FeedBurner

TRUCS-CONSEILS

Contenu protégé de ce site

Creative Commons License

Le contenu de ce site est mis à disposition, selon les termes d'un contrat Creative Commons.

Les conditions sont :
1.Obligation de citer le nom de l'auteur original
2. Aucune utilisation commerciale
3. Il est interdit de transformer, modifier ou adapter cette création.

Une réponse à “Microbrasserie TRÉ CARRÉ de St-Côme, entre houblon, lacs et montagnes”

  1. Mes amis et moi y sommes allés plusieurs fois, et c’est un endroit vraiment chouette. N’hésitez pas à les encourager puisque ce restaurant est un lieu unique, dans une région tout aussi unique.

Répondre à Charlotte Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *