Le terminal 5 de l’aéroport Heathrow, de l’enfer au paradis

Dans ma courte vie, j’ai fréquenté beaucoup d’aéroports, des petites, des grandes, des abris bus et des stades. Heathrow est un stade.

Chicago est grande, vieille et sale. Charles de Gaule, futuriste et excitante. Zurich et Amsterdam, ma foi assez jolies. Dulles à Washington, bloc de béton mortel d’ennui, comme la plupart des hubs tels Atlanta, Newark ou JFK à New York. On me dit que les autres terminaux d’Heathrow sont assez laids. Mais j’avoue que le terminal 5 de Heathrow est un chef-d’œuvre d’ingénierie et d’architecture.

Cet aéroport est le 4e point de transit le plus important du globe. Tout le Commonwealth y rencontre les Américains, Indiens, Australiens, Russes, Antillais, Africains et Européens.

Le nid de British Airways

Le terminal 5 a été inauguré en mars 2008, plus de 18 ans après le début de son étude. Il peut recevoir en même temps plus de 60 avions et accueillir jusqu’à 30 millions de passagers annuellement. Une centaine boutiques hors taxes et de restaurants de qualité vous sont offerts, sur les deux vastes étages.

Le terminal 5 est constitué en fait d’un terminal principal (appelé le hall A) et de deux autres bâtiments (les halls B et C), reliés au terminal A par un train souterrain moderne. Le hall B est un immeuble utilisé pour les vols exclusivement avec l’Airbus A380. Le hall C est seulement ouvert depuis 2011. Un nouveau bâtiment est prévu à l’est du site existant, semblable au hall C, pour recevoir le futur hall D. Il fournirait 16 nouveaux emplacements d’aéronefs supplémentaires.

Structure mécanique post-moderne

Le bâtiment principal est impressionnant. Il est constitué d’une immense structure de poutrelles d’aciers tubulaires reliés par d’immenses boulons saillants, comme un gigantesque robot.

Il est équipé de plusieurs milliers de sièges dont plusieurs centaines font directement face aux pistes d’atterrissage. Le ballet des préposés aux pistes et les avions décollant et atterrissant font passer le temps aux spectateurs captifs. Il y a même des sièges permettant d’y faire la sieste ou d’autres que vous pouvez déplacer pour vous asseoir en groupe.

La marche du condamné

À toutes les fois que je me faufile dans les rubans menant au dispositif de fouille des aéroports, je me sens comme l’animal en route vers l’abattoir. À la file indienne, on se demande si nous n’avons pas oublié un couteau, une bouteille d’eau ou un autre objet interdit par la compagnie aérienne.

Dois-je retirer mes souliers, ma montre, mes lunettes, mon dentier, mon œil de vitre, ma jambe de bois? Et dois-je garder mon téléphone dans mon veston ou non? Mes boutons de jeans sont en acier, tout autant que ma chaîne avec mon signe du zodiaque, mes boucles d’oreilles et mes plombages dentaires… Et quoi faire de mon ordinateur ou de ma tablette, et comble de malheur un ordinateur qui est aussi une tablette.

Malheur et damnation! Aussitôt passé sous le portique de l’enfer, le cri de Satan retentit. Et vient la fouille. Même si vous n’avez plus rien sur vous, qu’une petite feuille de vigne. Le préposé frotte son sabre magnétique sur vous, suspecté des pires crimes, pour ensuite obtenir l’absolution du représentant de Dieu.

Jusqu’au jugement final

Et vient ensuite l’attente de l’autre côté du rayon X. Le préposé s’attarde à mon sac. Je le savais, je suis coupable. J’ai sans doute omis de ranger les cadeaux achetés à la boutique érotique, qui vibre dans ma mallette.

Vient ensuite la récupération de votre équipement. Et vous vous devez d’être aussi rapide que lorsqu’adolescent votre mère montait les marches des chambres, et que batifoliez avec la petite voisine.

Ai-je tout récupéré? Ordinateur, chapeau, gant, passeport, carte d’embarquement, chaussures, montre, ceinture, lunettes, sac à dos, prothèse… Finalement libéré de l’inquisition, vous pénétrez la salle des pas perdus comme l’antichambre du paradis. À défaut de mieux.

Conception et efficacité

Les Britanniques n’ont pas toujours été reconnues pour la qualité de leur conception. Les fréquents insuccès de leurs fabricants d’automobiles en font foi. Mais ici, tout fonctionne comme dans l’armée. Malgré la fourmilière en transit, il est facile de se trouver un petit coin pour roupiller, travailler ou réfléchir. Des dizaines de portes de départ souvent inoccupées vous permettent de vous isoler, avant que cette porte soit de nouveau utilisée et que la foule vous entoure.

Purgatoire hors-taxes

Ici, c’est l’éden pour votre carte de crédit. Vous circulez dans des rues de chocolat, de parfum, de vêtements griffés et d’alcools exceptionnels et inabordables. Si comme moi, votre cœur balance pour le scotch, vous serez aux anges. Vous aurez sous les yeux toutes les marques, les âges, les cuvées spéciales, autrement introuvables. Et à une fraction du prix. Tout est conçu pour que vous achetiez, même si vos derniers dollars se sont « envolés » à l’aéroport, au retour des vacances.





Terminal 5 de l’aéroport Heathrow
TW6 2GA Heathrow Hounslow
Harmondsworth
London
TW6 2GA
United Kingdom

AUTRES INFORMATIONS

Prix : 0 $
Catégorie : Terminal 5, Aéroport Heathrow
MOTS-CLÉS : aéroport, avion, restaurant, vol, voyage

NOTRE INFOLETTRE

Pour recevoir toutes les nouvelles chroniques, abonnez-vous par courriel.

Avec Google FeedBurner

TRUCS-CONSEILS

Contenu protégé de ce site

Creative Commons License

Le contenu de ce site est mis à disposition, selon les termes d'un contrat Creative Commons.

Les conditions sont :
1.Obligation de citer le nom de l'auteur original
2. Aucune utilisation commerciale
3. Il est interdit de transformer, modifier ou adapter cette création.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *