Comment choisir et poser des fenêtres à battant en PVC

Après avoir parcouru le web, les grandes surfaces et les magasins spécialisés de fenêtres, j’ai décidé de partager mon expérience sur le choix et l’installation de ces coûteux accessoires, indispensables à une maison qui se veut écoénergétique.

La norme canadienne CSA-A440

Cette partie de ma chronique est académique, mais nécessaire pour la compréhension de la suite. Alors, prenez votre courage à deux mains et plongez.

Au Canada, les standards de qualité des fenêtres sont régis par la norme CSA-A440 de l’Association canadienne de normalisation (ACN ou en anglais CSA). Cette norme édicte les exigences minimales relatives à l’étanchéité à l’air, à l’étanchéité à l’eau, à la résistance au vent et à d’autres critères complémentaires comme la résistance aux effractions et à la facilité de fonctionnement.

En plus, la norme CSA-A440 établit les exigences minimales des composantes utilisées dans la fabrication des fenêtres comme les matériaux, quincailleries, moustiquaires, coupe-froid, finis et adhésifs.

Le Code national du bâtiment du Canada et de nombreuses provinces exigent que les fenêtres soient conformes à cette norme CSA-A440. Toutes les fenêtres sont testées par un laboratoire indépendant accrédité et doivent se révéler conformes aux exigences minimales de trois éléments de rendement (les autres éléments sont optionnels) :

  • l’étanchéité à l’air
  • l’étanchéité à l’eau
  • la résistance au vent

Test d’étanchéité à l’air (cote A)

Ce premier test est effectué en utilisant une pression correspondant à une vitesse de 40 km/h. L’indice de fuite de la fenêtre est mesuré en mètres cubes à l’heure (m³ x h) sur la longueur de fente, soit la longueur du joint entre le châssis et le cadre.

  • La cote A1 représente la fuite maximale permise (fuite quelconque).
  • La cote A2 équivaut à 60 % de la cote maximale permise (légère fuite).
  • La cote A3 équivaut à 20 % de la cote maximale permise (peu de fuite)

Même une fenêtre fixe peut laisser échapper de l’air, ce qui est permis à un taux de 10 % du niveau A1. La norme que vous devriez viser pour une fenêtre de qualité équivaut à la norme maximale A3.

Test d’étanchéité à l’eau (cote B)

Le deuxième test de fuite d’eau s’effectue en projetant un jet constant d’eau sur la fenêtre, en augmentant les pressions pour simuler une vitesse croissante et tester si l’eau s’infiltre à l’intérieur de la fenêtre. Chaque niveau de la cote B, de B1 à B7, représente une charge éolienne partant de 57 km/h (B1) jusqu’à 133 km/h (B7).

Au Canada, la normale minimale est B2, mais elle change selon les régions. À Montréal, elle est B3, mais B4 en Gaspésie. Il est toujours préférable de choisir une cote supérieure à votre région. Consultez ce tableau de la SCHL pour vous guider :

Même si vous achetez une fenêtre de qualité, il est superflu de mentionner que si votre installation est bâclée, l’infiltration d’air ou d’eau se ferra alors par les joints extérieurs, plutôt que par la fenêtre elle-même.

Test de résistance de surcharges causé par le vent (cote C)

Ce dernier test obligatoire sert à mesurer la résistance au vent des composantes d’une fenêtre, sous des pressions croissantes représentant des facteurs éoliens plus élevés. Les fenêtres à l’essai sont soumises à une importante différence de pression d’air simulant des vents de la force d’un ouragan (120 km/h et plus). Ce test sert à évaluer la résistance de la fenêtre à la déformation de son cadre. Les cotes peuvent varier de C1 à C5.

Au Canada, votre fenêtre doit respecter la norme minimale de C2, mais qui diffère selon les régions où vous habitez; la région du Bas Saint-Laurent demande une cote de C3 et la Gaspésie C4 :

Les autres tests non obligatoires

Il existe quatre autres tests non obligatoires, mais que vous retrouverez souvent dans les dépliants et sur les sites web des fabricants. L’ABC des fenêtres par la Société d’hypothèque et de logement du Canada (SCHL) donne beaucoup d’information sur ces tests. Il s’agit des tests facultatifs suivants :

  • La facilité de manœuvre
  • La résistance à l’entrée par effraction
  • La résistance à la condensation
  • La résistance des grillages-moustiquaires

Une cote pour guider les consommateurs?

La cote A-440 doit se retrouver sur tous les produits en magasin, afin de faciliter le travail de comparaison des consommateurs. Mais lorsque je me suis pointé dans plusieurs grandes surfaces en demandant la cote A-440 de leurs fenêtres, aucun des vendeurs sur place ne connaissait cette cote. Demandez le dépliant du produit qui donne généralement la cote du produit. Sinon, je prenais alors en note le nom du produit et du modèle et je me rendais sur le site web du fabricant pour connaître la cote. Un peu long, mais je n’avais pas le choix.

La norme Energy Star, ça mange quoi en hiver?

En fait, la norme Energy Star est une norme d’efficacité énergétique créée en 1992 par l’EPA (Environmental Protection Agency), un organisme du gouvernement américain. Depuis 2001, elle a été adoptée par les pays de la communauté européenne. Cette norme assez complexe s’applique entre autres aux appareils électroménagers, ordinateurs et maisons. 

Grosso modo, il est réaliste de penser qu’une fenêtre homologuée Energy Star économisera jusqu’à 15 % plus d’énergie qu’une fenêtre standard. Chaque zone climatique possède sa propre homologation basée sur le rendement énergétique du produit. Si vous demeurez dans la région B du Canada (en vert), il est important que le logo Energy Star Région B apparaisse sur la fenêtre. Il est toujours préférable de choisir une fenêtre pour une région plus froide que la nôtre ( comme la région C, en bleu pâle). Vous pouvez consulter La norme Energy Star pour fenêtres par Ressources naturelles Canada.

Le verre thermos

Aujourd’hui, à peu près tous les verres de fenêtres de qualité sont de type thermos. Si on désire un verre à haut rendement énergétique, il faut le choisir avec un film à faible émissivité (Low-E), un verre avec remplissage à l’argon (gaz moins conducteur que l’air) avec intercalaire de qualité. Autrefois, les intercalaires, c’est-à-dire le cadre qui sépare les 2 vitres, étaient fabriqués d’aluminium, conducteur de froid; de nos jours, la plupart des intercalaires sont faits de PVC d’excellente qualité et moins conducteurs.

La plupart des verres thermos modernes sont couverts d’une garantie de plus de 10 ans, mais ceux-ci peuvent durer jusqu’à 40 ans, dans les meilleures conditions. Les fenêtres orientées vers le sud dureront souvent jusqu’à 20 ans. Je vous recommande deux lectures fort instructives soient Les verres thermos de Rona ainsi que Le choix d’un vitrage Thermos du Guide Perrier.

Les matériaux à privilégier

L’aluminium est cher comme matériau et comme assemblage. Sa qualité principale est dans sa pérennité : il gardera son aspect, car il n’est pas influencé par les rayons UV à l’extérieur. Les fenêtres en aluminium intérieur ont tendance à être plus froides au toucher que le PVC.

Depuis quelques années, les fenêtres « hybrides » gagnent en popularité, c’est à dire en aluminium à l’extérieur et en PVC à l’intérieur. Le bois nécessite un entretien fréquent bien qu’elles soient très belles. Si vous n’êtes pas bricoleur, oubliez les fenêtres de bois.

Les types de fenêtres les plus performantes

Pour ce qui est du type de fenêtres (coulissante, à battant, à guillotine ou oscillo-battant), tous ces types sont acceptables pourvu que les classes mentionnées plus haut soient respectées. Il faut plutôt se concentrer sur l’endroit où elles seront installées.

Il faut se rappeler que les fenêtres fixes offrent une meilleure étanchéité à l’air puisqu’elles laissent infiltrer moins d’air que les fenêtres que l’on peut ouvrir et fermer. Les fenêtres coulissantes sont moins étanches que les fenêtres à battants ou pivotantes. Toutes les fenêtres vendues au Canada doivent tout au moins atteindre le niveau de performance A1 pour être conformes aux codes de bâtiment locaux.

La plupart des fabricants québécois de fenêtres à battant construisent des produits de qualité acceptable.

Mon choix personnel : Lapco

Lors de mon pèlerinage pour l’acquisition de 5 fenêtres pour ma nouvelle maison, j’ai opté pour le produit Lapco et son modèle Bordeaux à battant en PVC, m’a semblé le meilleur produit. Offrant un excellent rapport qualité-prix, il est vendu dans toutes les quincailleries Patrick Morin de ma région, dans Lanaudière. Cette entreprise de Mirabel, offre un produits de qualité Energy Star rencontrant les normes maximales A3 – B7 – C5.

Vous pouvez consulter le devis rédigé par le magasin, que j’ai ensuite utilisé chez d’autres marchands afin de comparer les prix, à qualité égale. J’avais besoin de cinq fenêtres, quatre moyennes et une petite (coût total avec taxes de 1223 $) Le devis est un excellent moyen pour éviter les surprises.

Les 5 principes de base pour l’installation de fenêtres

  1. Mettre de niveau les 4 côtés, en insérant des cales (coins de bois) sous le seuil, les deux côtés et la tête de la fenêtre.
    .
  2. Établir l’épaisseur intérieure de votre fenêtre avec un guide représentant l’épaisseur de la fourrure (forenze) et du placoplâtre (gyproc). Ce guide devrait normalement mesure 1 ½ pouce (¾ pour la fourrure et ¾ pour le placoplâtre). Bien vérifier que la mesure est appliquée tout autour de la fenêtre.
    .
  3. Éviter toute pression causée par les coins de bois. Valider avec un niveau de 4 pieds (1,2 m) sur chaque côté de la fenêtre.
    .
  4. Visser la fenêtre sur les quatre côtés en évitant de forcer les côtés. Effectuer une vérification avec votre niveau. Valider que le mécanisme fonctionne bien et que le moustiquaire tienne bien.
    .
  5. Utiliser une mousse isolante pour portes et fenêtres qui n’offre pas de pression sur les côtés. Après séchage, coupez le surplus de mousse avec un couteau.





3 Responses

  • Le test d’étancheité va de soi aussi avec votre toiture. C’est la raison pour laquelle après une inspection de la mienne, j’ai dû le faire réparer. Mon conseil aux internautes, si votre toiture a besoin d’une rénovation quelconque, n’hésitez surtout pas à la faire réparer et ceci le plus vite que possible.

  • Merci beaucoup pour ce partage d’information. Ma femme et moi faisons quelques rénovations à la maison en ce moment et nous aimerions bien changer des fenêtres. Nous n’avons pas encore choisi les fenêtres, mais nous savons que nous voudrions les grandes qui laissent entrer plus de lumière dans la maison. Je ne sais pas installer les fenêtres moi-même, alors il faut que je trouve un professionnel pour m’aider.
    -Chris | http://www.vitrerieaa.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *